ARCHITECTE
et responsable PEB 2015
cgPage d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un amicd

"Une VMC, ça fait du bruit et c'est un nid à microbe !"

"Et puis, moi, j'aime bien ouvrir mes fenêtres le matin..."

C'est le genre de réflexion et d'idée reçue que l'on rencontre encore régulièrement lorsque l'on parle de Ventilation Mécanique Double Flux.

S'il est vrai que les premières installations étaient parfois (souvent) bruyantes; je parle là de celles qui n'étaient pas encore équipées de silencieux dans chaque local et pour lesquelles les moteurs étaient dimensionnés au plus juste, celles qui ont plus de 3-5 ans et dont le débit d'air dans les tuyauteries était important. S'il est vrai que des erreurs de jeunesse ont parfois été commises, il faut reconnaître que depuis, l'évolution a été fulgurante.  Les groupes d'aujourd'hui font jusqu'à 3 fois moins de bruit et les silencieux rendent le débit d'air quasi inaudible.

Une VMC n'est pas une climatisation !  Les soucis rencontrés sans doute avec certains systèmes de climatisation sont provoqués par la condensation de l'humidité contenue dans l'air sous l'effet du refroidissement de l'air propulsé (à haut débit) en été ou par le développement de bactéries dans l'air chaud en hiver.  Dans une VMC, les débits et les températures sont bas, et l'air entrant est réchauffé par l'air sortant via des échangeurs, il n'y a pas de mélange de l'air.  Par ailleurs, ce sont les dépôts sur les tuyauteries qui fixent les bactéries, germes, microbes.  Pour avoir participé au démontage d'une installation de plus de 5 ans, je peux confirmer que seul le premier mètre au-dessus des salles d'eau était sujet au dépôt de poussières.  Mais il s'agit toujours d'une extraction, pas d'une pulsion.  L'air qui vient de là est rejeté hors du bâtiment.  Enfin, une VMC doit tourner en permanence, en particulier l'hiver justement pour éviter une condensation dans les tuyauteries ou dans le groupe (qui gèlerait).

L'installation d'une VMC n'empêche pas d'ouvrir les fenêtres.  Bien sûr, l'équilibre du groupe sera un peu perturbé, mais le bâtiment ne va pas perdre ses performances définitivement.  Refermez les fenêtres et l'équilibre reviendra.  Par ailleurs, l'air étant parfaitement renouvelé par le groupe, vous ressentirez nettement moins le besoin d'ouvrir les fenêtres que dans un bâtiment non ventilé, et ce sera une belle économie d'énergie !

ISOLATION
Vign_isolation
Dans le contexte économique actuel, la question d'opter ou non pour un bâtiment énergétiquement économe ne se pose plus.

La question qui se pose est plutôt celle du niveau de performance à atteindre et des moyens à mettre en oeuvre pour y parvenir.

Dès lors, jusqu'où aller ?

Passif ?

Basse énergie ?

Très basse énergie ?

Où se trouve la limite intéressante dans le rapport entre l'investissement engagé et les performances attendues ?

Je peux vous proposer des pistes, mais je considère que chaque projet est unique.
Présentez-moi vos objectifs et votre budget, et nous étudierons ensembles la solution qui vous convient.
ETANCHEITE A L'AIR
Vign_blower_door
Un bâtiment bien isolé ne se conçoit pas sans une étanchéité à l'air efficace, et une ventilation assurant l'hygiène du bâtiment et de ses occupants.

En dehors d'une construction passive (où les valeurs à atteindre sont plus contraignantes), il faut apporter au bâtiment le même soin et donc le même budget pour assurer la qualité de l'étanchéité à l'air et de la ventilation, quel que soit le niveau d'isolation.
L'étanchéité à l'air évite les pertes de chaleur non contrôlées et assure le bon fonctionnement de la ventilation.

La ventilation évite des phénomènes de condensation et assainit l'air intérieur .
Elle contribue également à répartir la chaleur dans le bâtiment. Car en effet, dans un bâtiment bien isolé, nul besoin de chauffer les chambres. L'investissement destiné à la ventilation est donc en partie compensé par l'économie d'installation de chauffage à l'étage.

Nous avons donc là les bases de la "machine à habiter" qu'est devenue la maison d'aujourd'hui, qu'elle soit "traditionnelle" ou d'ossature bois.

Car, c'est vrai, sur quelques années, tout à changé.
Et les règles sont les mêmes en dur ou en bois, seules les techniques changent.
VENTILATION
Vign_WaaromVentileren_FR
Jusqu'à présent, la plupart des anciennes habitations sont ventilées par infiltration naturelle par les défauts d’étanchéité au droit des fentes et fissures (chassis câbles, combles...), cette ventilation incontrôlée entraîne des pertes énergétiques importantes.
De plus, le débit de ventilation à travers une fenêtre ouverte est 15 à 30 fois supérieur au débit nécessaire afin d’assurer une bonne qualité de l’air.
Car la plupart des habitants considèrent qu'ils ventilent leur maison en basculant une fenêtre. Cela peut être vrai. Mais les risques d'effraction sont considérables.

Et surtout quelles pertes d'énergie ! Pourquoi envoyer par la fenêtre la chaleur que l'on s'est évertué à conserver grâce à l'isolation ?

La norme NBN D50-001 imposait depuis de nombreuses années un système de ventilation.  Celui-ci était plus ou moins bien appliqué.  Vous avez du entendre parler des réglettes intégrées dans les chassis ou des quincailleries type "Roto".

Les performances actuelles des bâtiments imposent de pouvoir contrôler les pertes de chaleur par ventilation (volontaire ou non). 
Cela s'est fait d'une part en rendant les bâtiments étanches à l'air (éviter les pertes du bâtiment), et d'autre part en ayant recours à une technique de régulation de la ventilation.

Un groupe de ventilation apporte de l'air frais dans les locaux "secs" et évacue l'air "vicié" des locaux humides, de manière contrôlée, en limitant les pertes de chaleur. Il permet également d'évacuer les polluants intérieurs (colles, peintures, champignons, CO2,...)

Cette performance peut encore être améliorée en ayant recours à une ventilation équipée d'une récupération de chaleur (double flux).

Dans tous les cas, le groupe de ventilation permet d'évacuer les polluants intérieurs (colles, peintures, champignons, CO2,...) et l'air frais extérieur est filtré avant d'alimenter les pièces de vie.

Après 10 ans, le total investissement-consommation d'une système "double flux" est équivalent à un système "classique" de réglettes de ventilation et d'extracteurs.  Avec l'avantage cité plus haut qu'une température de base est apportée dans tout le bâtiment, permettant d'éviter une installation de chauffage dans certains locaux (les chambres par exemple).
© 2012
Créer un site avec WebSelf